Bientôt une Garantie Universelle contre les loyers impayés ?

assurance loyer impayéLe projet de loi de notre ministre du logement Cécile Duflot sur la Garantie Universelle des Loyers prévoit une plus grande protection des propriétaires face au risque grandissant d’impayés de leurs locataires.

Le dispositif de Garantie Universelle Loyer n’est pas encore établi, voici les grands principes de fonctionnement tels qu’ils pourraient être mis en place : 

Il s’agirait d’une caisse publique qui serait alimentée par des fonds versés à la fois par les locataires et les propriétaires. Il permettrait au propriétaire de toucher son loyer dès le premier mois d’impayé et d’enclencher automatiquement une procédure de recouvrement à l’égard du locataire indélicat.

Ce projet de loi soulève un certain nombre de questions quant au caractère obligatoire ainsi qu’à son coût.

Les loyers impayés, un problème grave pour les propriétaires

Le problème des loyers impayés semble en constante augmentation depuis quelques années. La crise économique n’étant probablement pas étrangère à ce douloureux phénomène. Certaines agences immobilières déplorent près de 8% de loyers impayés* avec des contentieux qui s’enlisent et atteignent parfois 3 ans.

La situation des propriétaires victimes d’impayés peut être catastrophique : Ils sont tenus de continuer de payer les charges ainsi que les coûts de procédure (huissiers et avocats) sans bénéficier du revenu du loyer.

Les assurances loyers impayés, une solution pratique et immédiate

Des contrats d’assurances”loyers impayés” existent déja sur le marché. Ils permettent aux propriétaires de bénéficier d’une indemnité rapide en cas de suspension de paiements du locataire. Ils peuvent également prendre en charge les dégadations du bien immobilier lorsqu’il vous est restitué. Le problème de la dégradation étant malheureusement fréquent lorsqu’on récupère un appartement suite à un contentieux.

Parmi les contrats d’assurance loyers impayés de marché, on peut noter celui du courtier grossiste Solly-Azar” qui indemnise jusqu’à 2300€ par mois le propriétaire  sur une periode maximale de 30 mois, soit une periode suffisamment longue pour parvenir à regler le problème à l’amiable avec le locataire ou obtenir une expulsion.

 

*Sources : Votre Argent